FOOTBALL

EUFGO : de la carrière de footballeur à la présidence de l’entente de Goma, Lumwanga nous en parle

Toujours calme, généreux et pas trop parleur,  Christian Lumwanga en toute simplicité a  accepté nous faire part de sa vie dans un interview exclusive nous accordé à  son bureau ,  En tant que joueur, il évoque ses débuts,  les difficultés ainsi  que les moments glorieux,  et comme dirigeant de l’entente urbaine de football  de Goma  (EUFGO), il revient sur ses premiers amours avec Mwangaza FC avant de livrer ses grandes ambitions pour la suite de son exercice. Lisez attentivement cette interview qui fait office à  un portait d’un  leader , d’une réussite et d’un modèle à suivre pour les générations futures.

Enfance d’un  footballeur dont son talent attire les grosses écuries

Christian Lumwanga est né le 18 février 1971 à  Kalemi dans l’actuel province du Tanganyika,  alors gamin , son père  fut mutée à  Beni avec toute sa famille pour raison des services, c’est dans ce coin de la province du Nord-Kivu qu’il fait sa formation de base ( école  primaire  et C. O) avant de poursuivre  l’humanité à  Goma, c’est à l’Institut Faraja qu’il décrocha son diplôme d’état avant d’embrasser l’Institut supérieur de commerce (ISC)  Où il fût gradué et l’Institut  supérieur de l’information et de gestion  (ISIG) pour sa licence.  Aujourd’hui marié et père de sutra enfant dont deux filles et deux garçons. Depuis son jeune âge il aimait trop joué au football, d’abord dans le quartier puis à  l’école et en fin à l’université.  

C’est d’ailleurs  lors d’un tournoi inter-universitaire qu’il se fait découvrir du grand public,  pétri bde talent, à  l’aise  en attaque tout comme en défense,  il est sollicité  par les dirigeants  du FC Mwangaza à  l’époque,  sans vraiment rêvé de jouer en club,  il hésite  mais se fait enroler quelques jours après vue la convoitise :  » ça  m’ intéressais pas jouer  en club, En 1990 , j’ai tenté  l’aventure,  Très  vite j’ai tapé à  l’oeil des dirigeants de Balinda Amani, Le transfert a  été conclu bien l’AC Afia sport était aussi sur ma piste,  je suis parmi les fondateurs  de cette équipe  qui  était  la propriété de l’hôpital provincial,  avec Mwangaza on a eu à  faire des matches en province dans toutes les villes du Nord-Kivu mais la grande partie de ma vraie carrière  c’est à  Balinda Amani. C’est sûr  que que ma carrière footballistique a été éphémère,  juste après avoir fini  mes études universitaires,  j’ai eu la chance de trouver tout de suite du job,  c’était  vraiment difficile que je m’entraîne avec mes équipiers.  D’ailleurs je me souviens,  Le coach Valentin  Kabamba  m’a sollicité de porter la tunique du DC Virunga,  mais mon boss m’a  mis dans un dilemme,  soit je choisi  jouer  au football soit je travaille  pour lui,  j’étais perplexe et voilà  pourquoi j’ai pas pu joue dans Virunga officiellement. j’ai  eu à  raccrocher les crampons  après  neuf ans de carrière,  c’est pas grand pour un footballeur désireux  de devenir professionnel. Mais jusqu’à  présent  je joue au foot en tant que vétéran,  c’est devenu mon loisirs. Je m’entraîne avec l’union des sages et j’aime ce moment de détente,  je voyage avec des équipes  et je me sens proche du ballon rond.  

jouer comme volontaire,  pas de gagne-pain,  Très difficile mais la fierté de jouet à  Kinshasa

Les difficultés  sont légions,  Christian  Lumwanga a  su endurer, à  son époque  les joueurs manquaient même  les bottines et personne ne rêvait  grand :  » c’était  compliqué  je vous assure,  on jouait rien que pour du beurre,  on avait pas droit à  rêver c’était  du simple loisirs,  d’ailleurs  en un moment donné , comme moi j’avais du travail,  je me sacrifiais pour payer des chaussures à  mes collègues.  C’est l’arrivée Tadi Kaliba,  aujourd’hui il est colonel aux forces aériennes  des FARDC que je pouvais  avoir des bottines pour les entraînements,  il m’aimai trop.  Outre cette partie de souffrance,  on a  aussi à  garder des bons souvenirs  » la présidence du TP Balinda Amani change de nom,  Mawapanga prend les commandes  et met tout le monde d’accord,  les joueurs reçoivent désormais  leurs primes,  Christian  Lumwanga  découvre le Katana et la capitale  de son pays natal :  » c’était  une immense  joie de voyager en jet  privé (rire…), c’était  en 1997 juste après  la prise du pouvoir par Mzée Laurent Désire Kabila , on est parti  à  Lubumbashi pour jouet Mazembe,  tout le monde avait peur de nous,  on a su battre Mazembe, En revenant ici  on a  eu  du succès,  tout le monde voulait nous voir,  cette fois là  on a  eu  l’argent,  et une semaine  après comme notre président  Mawapanga était ministre  de finance à  l’époque,  là cérémonie  de l’indépendance devrait voire DCMP croiser V. Club en levée  de rideau du match RDC -Ouganda,  à  la place de motema peine c’est nous qui sommes allé jouer vita,  encore un autre moment glorieux dans un stade des martyrs plein comme un oeuf et surtout  que c’était  devant les grandes autorités  et que match était  gratuit, je n’avais plus revu cette euphorie « 

De la direction du FC Mwangaza jusqu’à  l’organe faitier du football de Goma

Après  avoir raté  le coche d’accomplir  son grand rêve  de jouer comme professionnel, vu que Mawapanga  avait déjà sorti son chéquier  et proposer aux joueurs de Blonde Amani  d’aller jouer aux  États-Unis plus précisément  à  Miami,  l’argent fut alors détourné pourtant les procédures administratives étaient  déjà  au beau fixe,  voilà,  Très déçu  par cette hécatombe,  Christian raccroche les crampons  et va aller occuper le poste de conseiller  dans le comité sportif de son club fondateur,  quelques  années  après,  là suis totalité  de ses collègues membres quittent  le navire,  c’est ainsi que ajoute-t-il,  il va prendre les commandes,  Mwanzaza a été  aux anges,  vice champion du Nord-Kivu,  qualifié à  la coupe du Congo et en linafoot.:  » j’ai  du amener  mon équipe  de coeur à  Kisangani où  on a su se qualifier,  à  Lubumbashi,on a été casé dans le même groupe que Mazembe,  c’était pas facile bien qu’on s’est classé deuxième à  égalité  de points avec Saint Luc mais hélas les kanangais avaient un bon goal de différence  mais on avait déjà  battu AS Bantou,  c’était  énorme. quelques années, il y a eu malaise au sein de l’Eufgo,  Le comité a été déchu par les sociétaires,  c’est ainsi que les présidents Musanganya, Camille Paluku et le feu Kasonga ont jugé  mieux que je gère  l’entité en pleine crise,  voilà  c’est depuis 2010 que je suis à  la tête,  En 2013 j’ai  organisé les élections,  là confiance m’a été réitérée puis en 2017 où  j’ai été élu à  l’unanimité et voilà  je prépare les élections de 2021, je ne sais pas encore si je veux me représenter ou pas »

Rêver grand,  dauphin par excellence de Elle Vakatsuraki à la ligue ?

Comme toute personne, l’on a droit de rêver  grand, Christian Lumwanga qui entretien des bonnes relations avec le président de la ligue de football du Nord-Kivu reste pressenti comme son dauphin par les amoureux du football  de la province, d’ailleurs, Elle Vakatsuraki n’a jamais caché ses envies de le voir à la tête  de la lifnoki,  dans des assemblées organisées par la ligue,  Le président  Elde le dit haut et fort.  De quoi peut envier Lumwanga quitter l’Eufgo pour la ligue,  là Linafoot voire la Fédération.

Christian KAMALEBO

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut
fr_FRFrançais